Le monde du livre

Il créera alors le jeet kune do (« la voie du poing qui intercepte »), utilisant des techniques extérieures au kung-fu. Le jeet kune do visait à être plus pratique, plus fluide et plus rapide que le kung-fu traditionnel mais surtout plus adapté au combat réel, en intégrant des techniques tant de la boxe anglaise, la savate (boxe française), la lutte européenne, le judo, le ju-jitsu, la boxe thaï, de la self-défense (hapkido, qu’il apprend de Ji Han-Jae), de l’escrime ou du kali (art de combat philippin auquel il a été initié par son ami, Dan Inosanto). Il a également été pensé comme système de renforcement musculaire. Il écrit plusieurs livres expliquant ses techniques, qu’il qualifie d’« auto-défense ». Plus tard, le jeet kune do (ou JKD) sera intégré au close quarters combat enseigné aux forces spéciales américaines.

Il essaye également de poursuivre une carrière cinématographique, entamée dans l’enfance en Chine, mais l’essentiel de ses revenus vient de l’enseignement.

Début 1970, lors d’un exercice de musculation, il se blesse grièvement au dos11. Il s’était déjà blessé plusieurs fois à cet endroit entre 1964 et 197012. L’accident se serait produit dans sa salle d’entraînement alors que, sans s’être préalablement échauffé, il entame une série de « good-morning », un exercice particulièrement éprouvant pour les lombaires, avec une charge d’environ 60 kg — approximativement son propre poids13,14. Le médecin consulté diagnostique une lésion du quatrième nerf sacré. On lui interdit alors de pratiquer toute forme d’exercice. On lui dit même qu’il ne pourra plus jamais pratiquer les arts martiaux comme avant. Il gardera des séquelles douloureuses de cet accident toute sa vie15. Il reste alité quelques jours, et pendant six mois il abandonne tout exercice physique et en profite pour mettre par écrit des réflexions et croquis sur sa vision de l’art du combat et sur les relations entre celui-ci et la sagesse orientale. Sa veuve publiera ses écrits sous forme d’un livre, Tao of Jeet Kune Do, en 1975.

Depuis, le Mixed martial art et le free fight reprennent les mêmes principes que Bruce Lee : utiliser plusieurs arts martiaux ou sports de combats en même temps

Instagram